BannerCourse

 

Inégalités sociales et activités physiques

Dans le n°2 du bulletin « Debout l’info » publié par l’ONAPS, la directrice de cet organisme, Madame Corinne Praznoczy propose un zoom sur les inégalités sociales, l’activité physique et sportive et la sédentarité en France. Citant des chiffres de 2001, elle conclut que plus le diplôme des parents est élevé, plus la proportion d’enfants pratiquant un sport augmente, plus les revenus du foyer augmentent, plus la pratique sportive des enfants augmente, les enfants scolarisés en quartiers prioritaires sont moins actifs que les autres …

S’agissant de la sédentarité, pour les enfants âgés de 3 à 17 ans, la durée passée devant un écran (télévision, ordinateur, jeu vidéo) augmente lorsque le niveau d’éducation du représentant de l’enfant diminue ; la proportion d’élèves passant plus d’une heure par jour devant un écran les jours d’école est plus élevée chez les enfants d’ouvriers que chez les cadres…

S’agissant des adultes, les inégalités sociales jouent un rôle, mais le constat est plus contrasté puisque si la durée passée devant la télévision augmente lorsque le niveau d’éducation diminue, c’est l’inverse pour l’ordinateur !

Notons que les dernières données statistiques disponibles dont s’inspire cet article datent de 2001 ! L’impact de l’arrivée massive des téléphones portables et tablettes que nous connu depuis cette époque a très certainement eu un impact important sur la sédentarité …

A La Réunion, où selon l’INSEE 343 000 personnes vivaient en 2013 en dessous du seuil de pauvreté, et où 150 000 foyers vivent des minimas sociaux, les inégalités sociales en matière de pratique de l’activité physique sont très vraisemblablement amplifiées, même si aucune étude récente ne permet de le démontrer…

Retrouvez l’intégralité de cet article très intéressant sur le site de l’ONAPS ICI.