BannerCourse

 

L’utilité de recommander une activité physique et sportive aux patients atteints de maladies chroniques et plus généralement à tous sujets désireux de se maintenir en forme n’est pas récente.

Les études mettant en évidence les bienfaits de l'activité physique et sportive (APS) se sont en effet multipliées ces dernières années.

 

Des publications de plus en plus nombreuses viennent confirmer que « pratiquer des APS tout au long de la vie augmente l’espérance de vie en bonne santé, retarde la dépendance et constitue un complément thérapeutique efficace en luttant contre la sédentarité pour de nombreuses affections comme l’obésité et bien d’autres encore, sans oublier la prise en charge des sujets en situation de handicap » résumait un rapport de l’Académie Nationale de Médecine en octobre 2012 conduit par le professeur Jacques Bazex.

Ce travail a renforcé les résultats de l’expertise collective INSERM de 2007. Plus d'informations en cliquant ICI.

D’autres plans et rapports viennent étayer ces recommandations :

Enfin, l’instruction N° DS/DSB2/SG/DGS/DGCS/2012/434 du 24 décembre 2012 précise les orientations de mise en œuvre opérationnelle des mesures visant à promouvoir et développer la pratique des activités physiques et sportives comme facteur de santé publique avec 6 lignes stratégiques.

Dans chaque Région, cette instruction a débouché sur la mise en place de plans régionaux sport - santé bien-être dont un bilan a été dressé en 2014 : Cliquez ici

Cette instruction marque le cadre d’une approche nouvelle, globale, interministérielle et transversale, visant à placer le sport comme outil de santé publique, et complétée par des engagements politiques forts ces dernières années :

  • création en octobre 2015 de l’ONAPS (Observatoire National de l’Activité Physique et de la Sédentarité) ;
  • adoption le 27 novembre 2015 de l’amendement de la prescription médicale du sport (sport sur ordonnance) dans la Loi Santé 2015.

A La Réunion, la Direction de la Jeunesse , des Sports et de la Cohésion Sociale (DJSCS) et le Carif Oref ont lancé pour la première fois une enquête afin de dresser un état des lieux de la pratique du sport dans les entreprises réunionnaises. Menée de septembre 2015 à mars 2016 auprès de 152 entreprises et organismes publics, elle a montré que les préconisations des instances publiques sur la prévention restent complexes à mettre en œuvre par les entreprises réunionnaises, composées essentiellement de TPE/PME.

30 entreprises sur les 117 retours d’enquête proposent des activités physiques et sportives de santé et de bien-être. Parmi elles, 13 ont recours à un réseau extérieur. Un chiffre qui reste insuffisant pour favoriser le développement de l’activité des prestataires extérieurs.

L’évolution des pratiques est passée du sport corporatif à des activités davantage orientées bien-être, qui peuvent toucher davantage de publics : gym, fitness, activités pleine nature…

Du côté des entreprises qui ne proposent pas d’activités physiques aux salariés, le principal obstacle réside dans les problèmes d’organisation. Parmi les entreprises interrogées, certaines ont confié qu’elles souhaitaient une assistance car seules, elles n’ont pas de ressource pour mettre en place les dispositifs appropriées. Pour les TPE/PME, la question économique demeure une des raisons principales de leur réticence.

D’autres entreprises, non engagées dans cette démarche, considèrent par ailleurs que les activités sportives appartiennent exclusivement à la sphère privée.

La synthèse de l'enquête est disponible en cliquant ICI.

Notons que le secteur privé s’investit dans ce secteur puisque la Mutualité de La Réunion a fait du sport santé un axe fort de sa stratégie de prévention et a mis en place depuis le début de l’année 2013 une action “sport santé dans les quartiers” en partenariat avec l’association ADN 974 qui permet à 1000 personnes de pratiquer régulièrement une activité physique près de chez eux pour une participation symbolique de dix euros par an.

En décembre 2012, le Carif Oref répertoriait dans son enquête “Sport santé et activités physiques adaptées" les structures réunionnaises relevant du sport santé et des activités physiques adaptées.

Signé au mois d’avril 2013 à l’initiative de l’ARS OI, le PRAANS (PRogramme Alimentation Activités Nutrition Santé) préconise de nombreuses actions pour développer le sport santé dans son axe III intitulé “Favoriser la pratique de l’Activité physique”.

La mise en oeuvre d’une politique ambitieuse en la matière passe néanmoins par la structuration du sport santé à La Réunion, avec en préalable un état des lieux de l’offre, la mise en place de référentiel et d'une charte qualité, la mise en oeuvre d'un plan de formation, la coordination des actions entre acteurs publics et privés...

Lancée le 20 octobre 2016 , la conférence "Sport Santé Bien Etre" apour ambition de mobiliser tous les acteurs autour de ces objectifs.