BannerCourse

 

Sources : http://www.sports.gouv.fr - http://www.onaps.fr/l-onaps/

SANTÉ :
Définition de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) « La santé n’est pas seulement l’absence de maladies ou d’infirmités, mais un état de total bien-être physique, mental et social » (Charte constitutive, 1946).

 

SPORT :
« On entend par « sport » toutes formes d’activités physiques et sportives qui, à travers une participation organisée ou non, ont pour objectif l’expression ou l’amélioration de la condition physique et psychique, le développement des relations sociales ou l’obtention de résultats en compétition de tous niveaux », Charte européenne du sport.
Sous-ensemble de l’activité physique, spécialisé et organisé, consistant en une activité revêtant la forme d’exercices et/ou de compétitions, facilitées par les organisations sportives.

ACTIVITÉ PHYSIQUE :

Tout mouvement corporel produit par la contraction des muscles squelettiques entraînant une augmentation de la dépense énergétique au-dessus de la dépense de repos.
Il existe 4 types d’activités physiques :

  • Lors des activités professionnelles
  • Dans le cadre de la vie domestique (le ménage par exemple)
  • Lors des transports
  • Lors des activités de loisirs (l’activité sportive par exemple)

« Les activités physiques et sportives constituent un élément important de l’éducation, de la culture, de l’intégration et de la vie sociale. Elles contribuent notamment à la lutte contre l’échec scolaire et à la réduction des inégalités sociales et culturelles, ainsi qu’à la santé. La promotion et le développement des activités physiques et sportives pour tous, notamment pour les personnes handicapées, sont d’intérêt général », Article L. 100-1 du Code du Sport.

 

SPORT SANTÉ :
Le « sport santé » recouvre la pratique d’activités physiques ou sportives qui contribuent au bien-être et à la santé du pratiquant conformément à la définition de la santé par l’organisation mondiale de la santé (OMS) : physique, psychologique et sociale.

La pratique d’activités physiques ou sportives contribue au maintien de la santé chez le sujet sain dans le cadre de la prévention primaire. Elle contribue aussi chez les personnes vivant avec une maladie chronique non transmissible à améliorer l’état de santé et à prévenir l’aggravation et/ou la récidive de ces maladies chroniques (prévention tertiaire).

    1.  Un inactif physique : c’est quoi ?
      Un inactif physique est décrit comme une personne étant en dessous des recommandations de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) en matière de pratique d’activité physique. Cette organisation définit l'activité physique comme tout mouvement corporel produit par les muscles squelettiques qui nécessite la dépense d'énergie - y compris les activités quotidiennes (telles que les tâches ménagères), les activités professionnelles ou de loisirs. L’OMS recommande pour les adultes 150 minutes d’activités physiques d’intensité modérée par semaine (marche, vélo …), ce qui correspond à moins de 30 minutes de marche quotidiennes pendant 5 jours à bon rythme.

      L’inactivité est donc un niveau insuffisant d’activité physique d’intensité modérée à intense (c’est-à-dire n’atteignant pas le seuil d’activité recommandé).
      On est physiquement inactif si on n’atteint pas 150 minutes d’activité physique par semaine.

    2.  Être sédentaire, c’est quoi ?
      La sédentarité ou « comportement sédentaire » est définie comme une situation d’éveil caractérisée par une dépense énergétique inférieure ou égale à la dépense de repos en position assise ou allongée : déplacements en véhicule automobile, position assise sans activité autre, ou à regarder la télévision, la position statique debout, la lecture ou l’écriture en position assise, le travail de bureau sur ordinateur, toutes les activités réalisées au repos en position allongée (lire, écrire, converser par téléphone, etc.)

      La sédentarité est donc le temps cumulé assis pendant la période d’éveil au cours de laquelle la dépense énergétique est égale à celle de repos (comportement physiquement passif).
      On est sédentaire si on dépasse 7 heures (sur 24h) assis en dehors du temps de sommeil.

    3. Quelle activité physique et sportive pour augmenter ou garder son capital santé ?
      Trois éléments sont importants à associer :
      1. Lutter contre la sédentarité

      2. Augmenter l’activité physique dans la vie quotidienne En privilégiant les déplacements à pied, en prenant le vélo plutôt que la voiture, les escaliers à la place de l’ascenseur, etc. …

      3. Pratiquer des activités physiques et/ou sportives structurées :
      Il est recommandé de réaliser soit cinq fois trente minutes d’activités d’endurance, soit trois fois trente minutes d’activité intense, soit un mélange des deux, par semaine, sans oublier de pratiquer un peu de renforcement musculaire. Il est alors intéressant de faire des activités dans des clubs sportifs ou dans des parcs puisque l’aspect ludique a son importance. Les fédérations sportives offrant des possibilités très variés. Dans tous les cas, ce qui est important, c’est le plaisir de pratiquer et de bouger tous les jours. En revanche, deux heures le dimanche, c’est très agréable, mais ce n’est pas utile pour la santé.

      Source : Pôle Ressources National Sport, Santé, Bien-être Professeur Martine Duclos - Conseillère scientifique auprès du Ministère en charge des sports.

    4. La promotion de la santé, c’est quoi ?
      La promotion de la santé est définie comme « le processus qui confère aux populations les moyens d’assurer un plus grand contrôle sur leur propre santé et d’améliorer celle-ci » (charte d’Ottawa, 1986).

      Elle correspond à une prévention universelle, elle n’est pas orientée vers un risque spécifique, elle vise le sujet et s’appuie sur sa participation active.
      La notion de « promotion de la santé » élargit le contexte de prévention et a pour but de donner aux individus davantage de maîtrise de leur propre santé et davantage de moyens de l'améliorer.

    5. La prévention santé, c’est quoi ?
      La prévention est définie comme « l'ensemble des mesures visant à éviter et à réduire le nombre et la gravité des maladies et des accidents » (OMS). On distingue la prévention primaire (empêcher la survenue de la maladie), la prévention secondaire (limiter la durée, la gravité ou la dissémination) et la prévention tertiaire (réduire les conséquences).

      La prévention primaire a pour but de diminuer l’incidence d’une maladie dans une population (réduction de cas nouveaux)
          Agir avant la maladie et éviter son apparition
      La prévention secondaire a pour but de diminuer la prévalence d’une maladie dans une population (réduction de la durée d’une maladie) 
          Agir au début de la maladie et en éviter le développement (dépistage) 
      La prévention tertiaire a pour but de diminuer la prévalence des incapacités chroniques ou des récidives dans une population (réduction des invalidités fonctionnelles consécutives à la maladie)
          Agir tout au long de la maladie chronique et en éviter les complications et récidives

    6. Le diabète, c’est quoi ? (de type 2) :
       Le diabète est une maladie caractérisée par une hyperglycémie chronique, c’est-à-dire par un taux trop élevé de glucose (sucre) dans le sang. Cette maladie survient généralement chez les adultes, et touche        davantage les personnes obèses ou ayant un surplus de poids.

    7. Une maladie chronique, c’est quoi ?
      Une maladie chronique est une affection de longue durée, évolutive, associée à une invalidité et à une menace de complications graves. 

    8. Une maladie cardiovasculaire, c’est quoi ? 
      Une maladie cardiovasculaire est une maladie qui se rapporte au cœur et aux vaisseaux.